Comment va-t’elle?

wonderland34

« Comment va-t’elle »? C’est sans doute la phrase la plus entendue ce weekend.

Aucun rapport avec moi mais à propos de ma voisine qui a accouché samedi matin. Il est commun de demander au nouveau Papa des nouvelles de son petit et de la femme qui l’a fait naître. C’est même normal car mettre un enfant au monde, il paraît que c’est difficile. Mais se dire que ça ne nous arrivera probablement jamais c’est un autre type de douleur. Alors ELLES, comment vont-elles? Celles qui vivent l’échec de ne rien trouver au bout du chemin. Celles qui, épreuve après épreuve, mettent une croix sur leur rêve devenant inaccessible. Celles qui se battent pour concevoir dans la douleur et qui continuent à se prendre des murs.

Et bien celle qui vit dans ma maison, elle va mal. Elle a perdu espoir, elle a perdu la bonne humeur qui la caractérise, elle a perdu son optimisme. Et au milieu des « comment va-t’elle », elle a eu droit à: « tu as l’air fatiguée, tu as trop fait la bringue? »

La phrase qui me tourne dans la tête depuis le départ c’est « je voulais juste savoir ce que ça faisait ». Ce que ça fait d’être enceinte, de se savoir enceinte, d’avoir un taux différent de zéro, de sentir son enfant bouger, d’accoucher, de tenir SON enfant. Alice, elle en a tenu des enfants dans ses bras, mais elle ne se doutait pas qu’elle ne pourrait pas en avoir un rien que pour elle. Depuis le début du parcours PMA, Alice ne veut plus qu’on lui colle de bébé dans les bras. Non, ils ne la répugnent pas, mais elle ne veut pas s’attacher. Elle ne veut pas éprouver de sentiments pour les bébés des autres car elle sait qu’il faudra les rendre. Alice en a marre, elle est au bout du rouleau. Elle veut SON bébé, à elle. Elle veut lui dire qu’elle l’aime et le couvrir de baisers, lui dire qu’il a les yeux de son Papa, elle veut lui acheter une poupée Wald*orf qui coûtera aussi cher que son abonnement annuel à la piscine, elle veut faire des tours de quartier en landau. Mais aujourd’hui elle est triste car elle se rend compte que ça ne lui arrivera probablement jamais.

Je serai là si tu as besoin.

Cette phrase aussi je l’ai beaucoup entendue cette semaine. Mais ma copine (témoin de mariage) qui devait venir me voir ce weekend et qui a annulé? Elle qui ne m’a toujours pas demandé de mes nouvelles depuis FIV1? Elle n’était pas là. Ma voisine qui m’a dit qu’elle ne bossait pas dimanche et qu’elle répondrait présente? Quand je lui ai demandé si je pouvais passer la voir elle m’a dit qu’elle venait de se lever et que ça ne l’arrangeait pas parce qu’elle était pressée. Elle n’était pas là. Et ma copine S. qui m’a demandé des nouvelles après la ponction? Lorsqu’elle m’a demandé de décaler mon anniversaire parce que ça ne l’arrangeait pas et qu’elle a monopolisé la conversation sur le futur prénom de la gosse d’une autre copine. Quand j’ai fait une allusion à l’échec de ma FIV et qu’elle n’a même pas compris. Elle n’était pas là.

J’aimerais juste savoir pourquoi? Pourquoi on se sent obligé de dire aux gens qui sont dans la tristesse que l’on sera là pour eux? Personne n’est jamais là pour personne, alors arrêtez tout simplement de me faire croire que ce sera différent. Le seul réconfort que je trouve ce sont les copinautes qui, elles, répondent présentes même si elles n’ont jamais rien promis.

Les enfants croisés ce weekend.

Vendredi j’ai appris qu’une autre de mes voisines voulait un troisième enfant. Depuis, je me dis que ce sera une énième  annonce de grossesse difficile à encaisser. Car moi, je serai toujours sur le quai avec mon ventre vide…

Samedi soir nous nous sommes un peu forcés à sortir car c’était l’anniversaire de notre SuperCopine (j’ai parlé d’elle dans mon tout premier article). C’est la meilleure amie de mon homme, même plus! C’est sa soeur spirituelle, c’est aussi la mienne. Bref, si il y a une seule personne pour qui nous nous serions forcés à sortir de chez nous après le résultats négatif, c’est bien elle. Samedi soir donc, il y avait aussi un couple de copains que nous n’avions pas vus depuis au moins 5 ans. Ils ont une fille de 5 mois (je l’ai appris juste avant qu’ils arrivent). A un moment, le père avait mis la petite dans un transat et il a essayé de déplacer le transat et l’a fait se retourner. La petite, se retrouvant le visage contre le sol a poussé un hurlement pas possible. Ce son m’a fait tellement de mal que les larmes sont montées toutes seules sans que je puisse les retenir. C’était un déchirement, ce son il a résonné dans mon ventre, il m’a brisé le coeur… Mais personne n’en a rien vu car l’agitation s’est faite autour de l’enfant (qui au final a eu plus de peur que de mal).

Dimanche, nous avons eu la visite d’un couple de copains avec leur petite de 1 an. Habituellement adorable lorsqu’elle est avec son père, je l’ai découverte démoniaque lorsqu’il avait le dos tourné et que sa mère était seule à s’en occuper. Après avoir retourné tout mon intérieur et s’être roulé par terre une demi douzaine de fois j’ai constaté avec effroi que chaque bêtise était ponctuée d’un « tu es chiante » par sa mère. On ne doit pas avoir la même notion de l’éducation…

Le don, la vie sans enfant et les autres alternatives.

Suite à ce nouvel échec, et ayant écumé la moitié de nos tentatives, il nous a fallu remettre en question notre parcours PMA.

Concernant le centre dans lequel nous sommes suivis: nous allons prévoir un débriefing assez salé durant lequel je compte bien évoquer LE sujet qui fâche. Où trouver la limite entre expérimentations médicales et espérances de patients qui remettent leurs vies entre les mains du personnel médical? Comment peut-on arriver à deux échecs de FIV (soit la moitié du parcours) et en être toujours au stade du « on va essayer ça et on verra bien si ça marche ». A vrai dire, il nous reste deux tentatives dans toute notre vie, alors les « on verra bien » je n’en veux plus. De même pour les déclenchements trop tôt car « on ne travaille pas le dimanche » qui m’ont fait perdre la moitié de mes ovocytes. Au final je pense que nous allons dire au revoir à SuperDoc et aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs.

Concernant le don, j’ai du mal à m’y résoudre… Je me dis que nous ne sommes pas encore allés au bout des possibilités en utilisant nos gamètes à nous et nous souhaitons tous les deux aller au bout des tentatives avec les petits bouts de nous deux.

Pour ce qui est de l’adoption, c’est un choix délicat également. Mon homme n’est pas emballé, mais c’est plutôt de l’ordre de la question administrative. Un passage à la loupe de nos vies pour savoir si nous sommes capables ou non d’éduquer un enfant. Une intrusion dans nos vies: nos boulots, notre maison, nos comptes en banque et notre façon de dépenser notre argent. Un passage devant les psychologues (ce qui ferait  enrager mon homme). Notre jeune âge qui ne nous donne absolument aucune priorité. Bref, après une intrusion médicale avec la PMA, je ne suis pas sûre que nous supportions une invasion administrative.

Il y a aussi eu cette proposition. Cette preuve d’amour, qui me laisse sans voix… Ma propre soeur qui souhaite me donner ses ovocytes.

Publicités

38 réflexions sur “Comment va-t’elle?

  1. C’est très difficile de trouver les mots pour soulager (ne serait-ce qu’un peu) ta douleur… Je pourrais de dire qu’un jour c’est SUR tu tiendras ton enfant et c’est à toi qu’on demandera comment tu vas après ton accouchement. Mais la vérité c’est qu’on en sait rien.. Ce qui est sûr c’est qu’un bon bilan s’impose avec ton gynéco et j’espère qu’il saura (enfin) trouver des solutions concrètes..
    Pour ce qui est « des gens » autour, on m’a déjà dit « j’osais pas te demander » par pudeur au cas où je ne voudrais pas en parler, par gêne, parce que trouver les bons mots c’est pas toujours facile pour l’entourage et que même les gens les plus délicats ont parfois peur de dire quelque chose de blessants parce qu’ils ne savent pas quoi dire tout simplement. J’espère que tu trouveras une oreille attentive très vite (parfois des gens auxquels on aurait pas pensé nous réservent de belles surprises).
    Pour l’adoption je partage complétement ton point de vue, c’est exactement les mêmes raisons qui chez nous, nous ont toujours empêcher d’envisager l’adoption.
    Quant à la proposition de ta sœur, quel beau geste… je ne connais pas du tout le processus du don d’ovocytes mais c’est peut-être une solution à envisager…
    Désolée je t’ai fait un gros pavé..
    Je t’embrasse fort et te souhaite pleins de courage pour la suite (et préserve toi, rien n’oblige à visiter toutes les mamans pour l’instant, t’as le droit de te couper un peu de tout ça!!!)

    • Merci pour ton gentil message!
      Nous allons laisser passer quelques jours avant de prendre RDV pour le bilan avec le docteur. Je pense qu’en y allant maintenant je ne ferai que m’énerver et me mettre à pleurer. Ce ne serait pas très constructif.
      Merci. Je trouve ton idée bonne: je vais laisser passer un peu de temps avant d’aller voir ma voisine. Le temps de me faire une coupure.

  2. Je ne sais pas quoi dire, j’ai lu ton post avec beaucoup de peine pour ta douleur. Je sais bien qu’on ne peut pas te l’enlever et difficilement trouver les mots pour la soulager.
    Je regrette que ton entourage n’ait pas compris le besoin de présence que tu as. On est bien souvent tous trop égoïstes dans la vie, on propose mais ensuite ça dépend de notre humeur. C’est moche !
    Ta dernière phrase est très forte. Ta sœur a dû te toucher au plus profond en te faisant cette proposition.
    Je ne sais pas comment conclure ce commentaire, j’espère que les petits mots que l’on te laisse ici t’aident à sentir ton cœur moins lourd. Bises

  3. J’ai du mal avec les parents qui attendent leur 2ème enfant. Je hais ceux qui en sont à leur troisième. Et je fais plus que haïr ceux qui parlent à leurs enfants comme de la m*rde.
    Connaissent-ils la chance qu’ils ont ?

    La proposition de ta soeur est fabuleuse. Une chouette personne ah ça oui !
    Vous n’en êtes certainement pas encore là, mais ça ajoute des cartes à jouer… (à qui le dis-je !). Et tout simplement, j’imagine que ça réchauffe le coeur de se sentir soutenue de cette façon-là.
    Coeur coeur coeur pour ta sister.

    Des gros bisous

    • Je ne pense pas qu’ils aient conscience de la chance d’être parents, non. Et c’est bien dommage.
      D’ailleurs (il sont au courant de notre parcours), et quand la petite a fait sons énième caprice roulée par terre, le père m’a regardé en disant « alors, tu en veux toujours un »? Scandaleux….
      Concernant ma soeur: oui elle est au top! Nous n’avons pas encore réfléchi à cette option, nous nous laissons le temps. Mais d’avoir fait la démarche de nous le proposer ça me laisse sans voix.

  4. Je me rends vraiment compte avec tout ça comme on peut se sentir en décalage par rapport à notre entourage… Les gens sont gênés par la douleur, je crois que notre société voudrait qu’on soit tout le temps au top, mais ce n’est pas le cas. Je suis peinée pour toi que tes proches n’aient pas répondu présent. Peut-être aussi (surement même), que les gens ne comprennent pas, tout simplement. C’est triste.
    La présence des enfants des autres est difficile. Lorsque je passe une soirée avec des amis avec enfants, pendant des jours après je ne suis pas bien. J’ai de plus en plus de mal à supporter les babillements/pleurs du bébé de ma voisine dans le couloir, à chaque fois qu’elle sort où qu’elle arrive.
    Pour la PMA, je pense en effet qu’une franche discussion s’impose. Je ne comprends pas cette histoire du dimanche. Ton cycle et ton corps, eux, ne connaissent pas les dimanches. Pour une centre PMA, ils devraient s’organiser (chez moi ils travaillent le dimanche, pas les consultations, mais les PDS, échos -et je suppose ponction et transfert- sont faisables).
    J’espère que le ciel s’éclaircira vite, en attendant je t’embrasse et je te souhaite du courage pour surmonter cette épreuve.

    • En décalage oui. Je me sens même à des années lumières des gens qui m’entourent…
      Je comprends pour ta voisine, je me prépare psychologiquement à vivre la même chose. Et en même temps ça me fait chier d’être dans cet état d’esprit parce que ma voisine est au top et je l’aime vraiment bien…
      Dans le cas présent c’est le transfert qui aurait dû tomber dimanche (a condition d’avoir eu au moins un blasto). Ca me révolte de penser que j’aurais dû avoir 21 ovocytes…

  5. Ton article me touche par tes mots, il en émane une telle douleur. Certains aspects me rappellent mon parcours.
    Les proches, promettent d’être là, finalement on se retrouve seuls, seuls avec ses souffrances, les douleurs du cœur. Les enfants des autres, les parents qui ne parlent que de leur(s) enfant(s), c’est l’enfer. On passe au dernier plan, la douleur souvent les autres n’en veulent pas, ils occultent ce que l’on vit, parce que ça les dérange, enfin c’est ce que j’observe, je peux me tromper.
    La proposition de ta soeur, quel beau geste d’amour, c’est juste magnifique.
    Courage, nous sommes là, et si tu as besoin envoie un mail, j’y répondrai sans soucis.
    Bises

    • Merci!!!
      Je suis entièrement d’accord avec toi: les gens ferment les yeux sur ceux qui souffrent. Ils ne veulent pas s’en encombrer. J’ai déjà commencé par annuler mon anniversaire et je me concentrerai sur les gens pour qui je compte réellement.
      Ca me rappelle un article que tu as écrit le mois dernier: « encore une fois on se retrouve tous les deux, seuls avec nos souffrances ». C’est exactement ça!

  6. Chère Alice,
    Cet article me touche beaucoup, j’aimerai faire quelque chose pour soulager ta douleur mais quoi? te dire que moi aussi, je ne prend jamais les bébés des autres dans mes bras, de peur de pleurer en disant « moi aussi j’en veux un »? te dire que moi aussi j’ai fait le même chemin psy que toi, à m’imaginer que faire si ma fiv 2 ne marchait pas? te dire que nos amies, même si elles veulent nous dire « je suis là pour toi », ben malheureusement elles ne comprennent pas, elles sont hapées par leur quotidien oh bien plus rose que le notre.
    Un jour, la roue va tourner. Un jour, nous serons mamans, par n’importe quel moyen. ça, j’en suis sure.
    Des bisous

    • Merci Dame Lapin. Il est très beau ton message.
      Finalement je trouve beaucoup plus de réconfort avec vous qu’avec les gens qui m’ont connu « avant la PMA ».
      J’espère vraiment que la roue va tourner pour nous toutes. Mais certaines resteront peut être sur le bord de la route… J’ai bien peur d’en faire partie.

      • Ah non. ah non ah non ah non. Personne tu m’entends??? Dis toi qu’il nous reste d’autres options que nous n’avons pas exploré (dons, adoption etc…).
        Je pense qu’il y a effectivement un avant/après PMA. Cette expérience nous change forcèment.

      • oui je sais. Moi aussi j’aime bien un ptit coup de pied aux fesses quand je vais mal 😉 (on croirait entendre un discours SM^^)

  7. « savoir ce que ça fait ». Ça fait effectivement toute la différence.Quand j’ai su que j’étais enceinte, ça a été tellement merveilleux… moi qui attendait depuis si longtemps … ça n’a pas duré malheureusement, mais ça a changé tellement de choses… et ce sentiment d’avoir été une presque maman résonne encore en moi…alors oui savoir ce que ça fait… je te comprends … et je te le souhaite très vite. je te souhaite ton bébé à toi. Très bientôt …

  8. Ton article est très émouvant, et je m’y suis beaucoup retrouvée, surtout au début, car moi aussi je ne vais pas bien. Moi aussi je ne supporte plus qu’on me colle un bébé dans les bras…

    J’espère de tout coeur que ce changement de PMA t’apportera enfin le bébé que tu attends.

    • Merci Gribouillette!
      Je crois qu’on se comprend en ce moment parce que l’on est exactement dans le même état d’esprit.
      Je ne sais pas quoi te dire… Je sais qu’une personne qui déprime a dû mal à réconforter une autre qui est dans le même état. Alors je t’envoi juste un sourire et te dis que je suis contente que tu sois revenue 🙂

  9. coucou, je suis bien attristé par ton message, le parcours et long laissez vous, laisse toi le temps de digérer tout ça, et puis ce n’est pas 4 fiv tu peux continue si la sécu et ton centre accepte mais il faut payer plus et en avoir le courage. Je souhaite de tout cœur que ça marche pour toi, moi et nous toutes qui sommes dans cette galère… penses fort à toi.

    • Merci pour ton gentil message.
      Je ne savais pas qu’il était possible de continuer après 4 FIV. Je pense effectivement que ça doit être éprouvant moralement et physiquement après 4 échecs… Mais ça pourrait être une option et je vais me renseigner. C’est malheureux mais j’ai l’intuition que les deux prochaines ne nous apporteront rien de bon…
      Nous verrons bien! Je souhaite que pour toi aussi le prochain essai soit le bon! Où en es-tu avec ton TEC?

      • oui renseigne toi, nous ça nous à soulager quand on nous à dit ça, il n’y a pas la limite des 4 essaies. ça me fait super plaisir que tu te sois souvenue de moi pour tec, j’ai eu pendant une semaine un traitement et j’ai déclenché ce weekend, suis allée à la clinique ce matin pour voir si tout était ok et je dois tel demain le labo pour me dire quand aura lieux le transfert j’ai hâte tout en ayant peur!

      • J’ai lu ton message sur le collectif BAMP, je l’ai trouvé très beau.
        Tu n’as pas à te considérer comme exclue du « groupe »: l’attente est la même pour chacune!
        J’ai vu que tu n’avais pas de Blog mais tu peux venir poster ici quand tu veux.
        Je t’embrasse.

  10. Petite Alice, je suis bien triste de lire cet article qui m’a mis les larmes aux yeux (décidément, tes mots… quelle force). Je ne peux que vous souhaiter que ça fonctionne enfin pour la prochaine et que tes souffrances s’arrêtent. L’entourage est rarement là au moment où en a le plus besoin… Mal à l’aise peut-être, ou bien juste à des années lumière de tout ça… Le résultat fait mal quoi qu’il en soit. Je t’embrasse bien fort.

    • Merci… je suis touchée que mes écrits te bouleversent autant.. Non pas que je veuille te faire pleurer, loin de là!
      J’en arrive à me demander si l’entourage est à des années lumière ou bien si c’est moi….
      J’espère que tu réussiras à entrer en boîte la prochaine fois 😉

  11. j’ai été vraiment bouleversée par ta détresse. Les gens détestent la souffrance, ils n’aiment pas être en compagnie de personnes en difficulté, ça les gonfle trop au bout d’un moment.
    S’ils savaient le mal que ça fait…
    je ne peux que te souhaiter que la roue tourne vite pour toi, que tu sois vite comblée, et que tu sortes de cet enfer.
    Je t’embrasse fort, courage

    • ET oui… les fameuses blessures qui ne se voient pas 😉
      Je pense ça aussi: les gens se débarrassent de toi lorsque tu as des problèmes. C’est étrange de voir à quel points ils reviennent vite lorsque ce sont eux qui en ont!
      Merci!

  12. c’est possible un tel don de ta soeur? pour toi et pas un autre couple? c’est vrai que c’est uen belle preuve d’amour !!!! je pense que pour ma soeur je le ferais aussi si c’était possible.
    Je ne sais que te dire face à ta tristesse…. J’aimerais que tout cela ne t’arrive pas ni à aucune autre femme en désir d’enfants…. Mille pensées encourageantes pour toi ….

    • Merci Luciole!!!!
      Je ne sais pas comment ça se passe pour un don non anonyme. En réalité je ne m’y suis jamais intéressée parce que je ne pensais pas que ce soit possible.
      Il faut que nous réfléchissions à tout cela et aux questions éthiques que cela pourrait représenter.
      En attendant nous souhaitons aller au bout de nos 4 possibilités en croisant les doigts.

  13. Ton article m a beaucoup émue, je t envoie plein de courage pour passer cette période difficile. A propos de l entourage je crois que je ne cesserai jamais d etre étonnée. Tellement de gens te disent « je suis là si t as besoin » mais au final tellement peu sont vraiment là…je crois que beaucoup ne se rendent pas compte (sinon comment expliquer leur peu de delicatesse parfois?) : ils n imaginent pas la souffrance que tout ça peut être… j imagine que d autres doivent se sentir gênés, ne savent pas quoi dire/quoi faire… bref c est vrai qu au delà de la souffrance en soi on se sent seul… heureusement qu internet existe pour qu on se rende compte qu on ne l est pas!
    Tout ça pour te dire que je te comprends ; prends bien soin de toi, prends le temps de vivre ta tristesse avant de retrouver l espoir et repartir à l assaut!

    • Merci!!
      C’est vrai qu’on se sent moins seules grâce aux blogs et aux petits mots des copines de galère.
      La plupart de mes amis ne m’ont pas demandé de nouvelles. Mais vous, vous l’avez fait et c’est merveilleux.
      Je suis d’accord: il faut prendre le temps de faire le deuil de cette tentative pour pouvoir passer sereinement à la prochaine!

  14. Dès que je me met sur les différents blogs, je me pose la même question : comment va-t-elle ? À-t-elle de bonnes nouvelles à nous annoncer ? À-t-elle besoin de réconfort ?
    Effectivement nous ne t’avons rien promis, mais nous sommes toujours là pour te réconforter quand il le faut, te remercier ou te féliciter.
    Et sache que l’on sera toujours là.

    Pour le don, le choix est délicat : faut-il persévérer dans les FIV classiques ou passer dès maintenant au don ?
    Mon avis : tant qu’on te donne une chance d’essayer, de réussir avec une FIV classique, fonce. Sinon, tu auras toujours ce doute au fond de toi de ne pas avoir tout tenté.
    C’est pour cela que j’ai pris rendez-vous avec The spécialiste : je veux qu’il soit franc avec moi, quelles sont mes chances ? Car jouer au docteur, j’ai passé l’âge.
    Bon courage ma belle Alice.

    • Merci Marinette.
      Tes commentaires sont toujours très forts, tu es un véritable soutien pour pas mal d’entre nous.
      Pourtant toi aussi tu traverses des épreuves tellement difficiles! Merci de ta présence.
      Pour le don je suis d’accord avec toi. Mon chéri et moi nous avons l’intention de faire le maximum d’essais avec nos gamètes, ensuite advienne que pourra!
      J’aurais tellement aimé que tu puisses avoir au moins une chance de transmettre tes gènes à toi! Peut être que THE specialist te donnera l’occasion de le faire. Croisons les doigts.
      Tiens nous au courant!

  15. Merci pour ton témoignage. Il montre malheureusement la realité de la pma, ce que l’on vit chaque instant et que ceux qui ne passent pas par là ne peuvent comprendre. Je trouve tellement courageux de ta part d’en parler et de montrer cette souffrance que tant de couples vivent.

    Cette chance qu’on nous donne et aussi un cadeau empoisonné, destructeur.

    Perso, je suis à ma derniere tentative et je pense arrêter là les dégats pour le moment. Je n’ai plus le courage et la force de me battre. Je ne supporte plus les deceptions et les effets des traitements. Je ne supporte plus les maladresses « des autres ».

  16. je viens de tomber sur vos témoignages et je me retrouve en vous . Cela fait 2 ans que nous essayons d’avoir notre enfant on a détecté chez mon conjoint une anomalie: les spermatozoïdes ne peuvent pas sortir tout seuls. Les médecins ont toujours été confiants « vous faites parties des cas les plus facile!! » effectivement l’opération de mon conjoint c’est bien déroulé ils ont prélevés tous ce qui fallait et ont fait des paillettes. le processus de fiv démarre en vue de la ponction et au premier jour de surveillance on de détecte un kyste sur un ovaire résultat fin de la tentative grosse deception mais le medecin nous rasssure et me propose de l’enlever et de retenter tous de suite . Entre temps mon beau frere et ma belle soeur nous annonce qu’il vont etre parents ….. Ca me creve le coeur meme si je suis quand meme contente je vais etre tata!! et puis nous voila repartit dans les piqure et la survaillance . pas de mauvaise surprise ce coup ci nous sommes meme super confiant apres la ponction mais le labo nous a annoncé 48 heures apres que rien n’avait fecondé . Depuis c’est le noir total je n’arrve pas a me relevé . L’idée de croiser ma belle soeur avec son ventre arrondi me terrifie j’ai peur et j’ai mal …..
    j’espere que de puis ce temps vous avez réussi et que vous avez votre petit bout!

Envie de me dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s