Savoir s’entourer

wonderland25

Voilà un petit moment que je ne suis pas repassée par ici pour écrire,  j’ai l’impression que cela fait une éternité.

J’ai jeté un oeil régulièrement aux commentaires que vous avez laissé et ça m’a remonté le moral. Encore une fois: un grand merci à vous toute! Merci également à celles qui me suivent même si elles ne se manifestent pas. Mais pour dire vrai j’ai passé beaucoup plus de temps sur les blogs des copines que sur le mien. J’ai griffonné un début d’article il y a quelques jours mais je n’arrivais pas à le finir.

Ces dernières semaines ont été ponctuées par un bon petit épisode de déprime (merci la PMA). Je crois que je n’avais pas encore réellement digéré la FIV1 et que j’avais besoin de cette période de tristesse et de remise en question pour aborder la prochaine tentative avec sérénité. Un petit spleen ça ne fait pas de mal quelques fois (à condition que ça ne dure pas longtemps). 

Voilà quel a été mon programme:

  • Des pleurs… mais alors beaucoup, beaucoup de pleurs. J’ai pleuré devant mon ordinateur en écoutant Barbara, j’ai pleuré dans ma cuisine en rangeant mes courses, j’ai pleuré devant Pekin Express quand les équipes ont franchi la ligne d’arrivée. J’ai surtout pleuré devant le générique de début du Roi Lion… je vous laisse imaginer les flots lorsque le papa est mort.
  • Un désintérêt pour tout. Moi qui suis pourtant d’un naturel enjoué j’ai été démotivée par tout, même les choses qui habituellement me plaisent. Pas envie de cuisiner, pas envie de sortir, pas envie de réfléchir à de nouveaux projets pour la maison… L’impression d’être lassée de tout et de tout le monde.
  • Une grande fatigue mais des nuits agitées sans que le sommeil ne vienne.

Bref, je suis arrivée à un point où je ne me supportais plus… Il y a peu j’ai décidé de me mettre un coup de pied aux fesses et de me bouger un peu. Etrangement ça a marché. Depuis, chaque matin au réveil un petit bout de ma tristesse disparaît.

Pour en revenir à l’intitulé de cet article: « Savoir s’entourer » parce qu’en ce moment mes relations avec les autres sont compliquées:

  • Je suis encerclée de femmes enceintes, de bébés, de jeunes enfants/mamans. Comme je travaille à la maison j’ai le droit à la ronde des poussettes et des vélos tous les après-midi après le goûter. Je ne m’en plains pas: le quartier est animé et c’est agréable (je prends d’ailleurs part aux commérages assez volontiers). Ce qui est appréciable vers chez moi c’est que personne ne pose de questions sauf mes deux voisines qui sont au courant mais qui en parlent discrètement.
  • Ce qui me rend le plus mal à l’aise ce sont les bébés. Plus ils sont petits plus l’effet est dévastateur… Je ne peux pas m’empêcher de penser à l’âge qu’aurait mon petit si il était venu naturellement et à la taille de mon ventre si l’IAC avait marché/si l’embryon de la FIV s’était accroché. La semaine dernière nous sommes allés diner chez un couple de copains qui viennent d’avoir leur bébé FIV. Après avoir parlé de nos difficultés suite l’échec de la FIV1 ma copine m’a collé son bébé dans les bras, comme si elle n’avait rien entendu de la douleur que je lui avais décrite. Je me suis sentie démunie. Pourtant entre mes années de baby-sitting et mes quatre nièces, les bébés ça me connait. Là en l’occurence, je me suis juste sentie conne.
  • Ce weekend nous sommes allés à la montagne avec notre groupe de potes pour fêter les trente ans de deux d’entre eux. Il y avait ma copine C, toujours aussi enceinte. Autant pour sa première grossesse elle était épanouie, là elle a plutôt la grossesse-mauvaise (comme certains ont l’alcool mauvais). Du coup elle a beaucoup un peu râlé… J’ai passé mon temps avec ma copine So. que je vois rarement car elle habite à Nice. So. m’a posé des questions à propos de la FIV1 et de son déroulement (tout le petit groupe est au courant car ce sont des amis très proches). Elle qui n’a pas encore d’envie d’enfant je l’ai trouvé très intéressée. Elle m’a dit qu’elle « nous admirait parce que c’était un parcours long et très difficile » et que « personne ne pouvait s’imaginer les difficultés que cela représentait sans l’avoir vécu ». Quel amour. Je crois ne jamais avoir discuté avec une personne aussi compréhensive.

La semaine prochaine mon homme part en déplacement pour le boulot et sera deux nuits chez nos copains P. et So. et il était prévu que je parte avec lui. Seulement la semaine prochaine ce sera le début de la stim pour FIV2. J’essaye de faire mes petits calculs: le seul moyen de partir ce serait d’avoir un J1 samedi ou dimanche pour n’avoir le deuxième RDV chez SuperDoc que le vendredi: date de retour à casa. Reste à savoir si ma montre Suisse interne voudra bien reprendre du service suite à l’histoire du gobelet le mois dernier. J1 est officiellement prévu pour dimanche.

Inutile de préciser que ces quelques jours à Nice et Cannes (en plein festival) seraient des vacances bien méritées et que j’en crève d’envie! En plus, étant sous Méno*pur je n’ai pas de glacière à trouver puisque les doses ne se conservent pas au frais. S’il te plait DN, ne fait pas ta p*** et laisse moi juste quatre jours avec mes copains! Comme d’habitude: affaire à suivre!

PS: vous noterez sur la photo que je me fais martyriser par la belle aux bois dormant, sachez que cette histoire n’en restera pas là!

Publicités

8 réflexions sur “Savoir s’entourer

  1. Hello Alice. J’adore ta photo.
    La période que tu décris si bien, je m’y reconnais complètement, le passage à l’acceptation de la FIV IMSI. Effectivement, comme disait mon aide 3615mylife, ces moments de déprime sont tout à fait normaux, on vit quand même quelque chose de difficile. L’important, c’est que cela ne dure pas trop longtemps.
    Perso j’ai recommencé le yoga. Comme je peux pas y aller toutes les semaines, ma prof vient une fois par mois voir si je fais bien mes exercices et m’en donner d enouveaux. Et on se prévoit plein de weekend en amoureux avec Sieur Biquet (entre les traitements).
    Bref, tout ce roman pour dire que c’est un plaisir de te lire, et de voir que tu es plus que prête pour une nouvelle aventure!

    • Merci pour la photo, c’est vrai que moi aussi elle m’a fait marrer!
      J’ai fait du yoga aussi passé un temps mais maintenant je vais à la piscine parce qu’en plus de vider la tête ça me fait perdre quelques calories 😉
      Prends soin de tes petits follicules.
      Merci pour ton soutien!!

      • ah oui, la piscine j’ai eu envie aussi! Mais sur Paris, jvoulais m’inscrire à des activités aquatiques, falait être membre d’un club. 80€/mois l’abonnement 0_o
        satanée ville

  2. Le ménopur tu n’as pas besoin de glacière et tu peux te piquer n’importe où avec vu que c’est un stylo. Le plus compliqué c’est le décap où tu auras tes mélanges à faire. Mais tu peux très bien emmener avec toi une petite boite avec tout le nécessaire et te faire ton mélange dans ta chambre ou dans la SDB ! Pourquoi se priver de Cannes ? 😉
    Après il est vrai que si tu as une PDS à faire ou une écho ça risque de compliquer. En même temps, tu peux la faire où tu veux la PDS, faut juste que le labo faxe le résultat dans les temps.

  3. Je n’ai pas de stylo pour le Ménopur, j’ai des petites fioles de solvant et de poudre. Mais je maîtrise bien les mélanges parce que j’en avais déjà avec le Cétrotide lors de la FIV1.
    A quoi sert le Décapeptyl? Je vois sur les blogs des copines que c’est un produit répandu mais je n’en ai pas moi. Voilà mon protocole: Provamès de J22 à J1 puis Ménopur et enfin Cétrotide vers la fin du cycle (pour éviter l’ovulation naturelle). Ovitrelle pour terminer.
    Comme tu dis, pour la PDS il est toujours possible de trouver un labo pour la faire sur place. C’est surtout l’échographie qui m’embête… Je crois que je vais envoyer un mail à SuperDoc pour lui demander ce qu’il en pense.

  4. je suis contente que tu ailles mieux, eh oui la PMA te fait vivre des hauts et des grands bas, mais on remonte toujours la pente rapidement ou lentement, pense à toi courage 🙂

  5. Salut ! J’espère que tu pourras partir à Cannes en tout cas.
    Et purée qu’est ce que j’en ai marre moi aussi qu’on me colle les bébés dans les bras juste parce qu’on arrive pas à en avoir. Ils se disent quoi franchement… « Allez tiens le bébé, prends une dose de drogue, ça compense et ça ira mieux après  » ?

  6. J’espère que J1 ne te fera pas de blagues cette fois-ci, que tu puisses faire ces quelques jours entre amis. Surtout avec ta copine So. qui m’a l’air bien sympathique… Je te souhaite aussi que bientôt toute ta tristesse se soit envolée. Bises.

Envie de me dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s